La législation

Un diplôme enfin reconnu !

Fais ce qui te plait, oui mais dans le cadre de la législation en vigueur !

Car et c’est là mon billet d’humeur de chaque jour,  il y a de plus en plus de personnes peu scrupuleuses, (çà rime avec crapuleuse) qui se proclame « prof de danse » alors qu’ils n’en n’ont aucune des compétences requises.

 

Eh oui, c’est un métier qui nécessite une vraie formation, des compétences artistiques et techniques de danseurs bien sûr mais aussi, une bonne connaissance de l’histoire et des origines de chaque danse, des connaissances en matière de chorégraphie, de bonnes bases musicales et une véritable approche pédagogique.

 

Dois-je rappeler ici le texte de la loi 89-468 du 10 juillet 89, ( euh 1989 quand même) qui régit notre belle profession ?

 

« Nul ne peut enseigner la danse contre rétribution ou faire usage du titre de professeur de danse ou d’un titre équivalent s’il n’est muni :

-soit du diplôme de professeur de danse délivré par l’état, ou du certificat d’aptitude aux fonctions de professeur de danse ;

-soit d’un diplôme français ou étranger reconnu équivalent ;

-soit d’une dispense accordée en raison de la renommée particulière ou de l’expérience confirmée en matière d’enseignement de la danse dont il peut se prévaloir. »

 

Dois-je rappeler surtout que depuis l'arrêté du 6 janvier 2017 du Ministère de La Culture, le diplôme est désormais inscrit au répertoire national des certifications professionnelles au niveau I de la nomenclature interministérielle des niveaux de certification, c'est à dire à BAC+5 de la nomenclature française!

 

Alors chers élèves danseurs, soyez vigilants comme l’est actuellement le Ministère de La Culture qui procède à des contrôles, aidés en cela par l’UNEDHE, Union Nationale Des Enseignants de la Danse, Habilités par l’Etat et prenez vos cours avec de vrais professionnels…