Guinguettes et bals champêtres

Guinguettes et bals champêtres

Les guinguettes

 

C’est  là un immense chapitre de notre culture car bien au-delà des danseurs, toute une population d’hommes et de femmes, des bourgeois aux ouvriers, des artistes, musiciens-chanteurs aux artistes peintres, des photographes et cinéastes, tous sont concernés.

Déjà en 1934, Damia, déplorait en chantant que « la guinguette a fermé ses volets ».

Pourtant aujourd’hui, malgré la disparition de nombreux établissements mythiques dont le dernier,  en date, est sans doute  « le P’tit Robinson » des bords de Marne , la vie des guinguettes, fixes ou éphémères  et celle de son petit cousin le bal champêtre reprend des couleurs.

Sur les bords de Marne, dans le quartier de Polangis, deux guinguettes historiques jouent avec succès les prolongations, « La guinguette du Martin Pêcheur » dont nous avons déjà dit plus haut tout le bien qu’elle mérite et bien sûr le fameux :

 

« Chez Gégène »

162 Promenade de Polangis

94340 Joinville le Pont

Crée en 1914 par M. Favreux Eugène, d’où son nom, c’est encore aujourd’hui la guinguette la plus typique par ses couleurs, rouge et blanche, ses petites tables de bistro aux nappes à carreaux vichy, ses serveurs en tenue canotiers ou marlous, bretelles et foulard noué autour du cou, ses orchestres où domine l’accordéon, ses deux pistes de danses, les photos sur les murs de tous ces « montres sacrés » du cinéma, de la chanson, virtuoses du piano à bretelle ou chanteuses réalistes.

En été, on peut diner dehors en bordure de Marne, s’il fait plus frais, l’intérieur vous accueille avec chaleur.

Les menus sont simples mais typiques, poireaux vinaigrette ou œufs mimosas, moules frites ou magret de canard, tarte de saison ou glace de toutes sortes, ce n’est pas de la grande cuisine mais c’est honnêtement bon.

D’ailleurs là n’est pas l’essentiel.

Du Gabin de « La belle équipe » en passant par Piaf, Régianni, Signoret, Bourvil et son « Joinville le pont, pompom » à plus récemment, Béart, Bardot, Barrière, Renaud, Bruel, tous ces artistes sont venus et ont célébrés à leur façon la guinche de Gégène , sur les murs leurs photos en gardent les souvenirs de leur passage.

Mais ce qui fait le charme de Gégène, ce sont ses clients, illustres inconnus mais habitués reconnus de l’établissement et de tout son personnel sympathique, tous ces clients-amis qui viennent toujours attirés par les flonflons du bal, s’enlacer et guincher sur les parquets polis presque centenaires, au son de l’orchestre musette.

Ils se sont habillés avec soin pour l’occasion, pour chaque couple la recherche de tenues en harmonie est évidente, les couleurs des chemises des danseurs s’accordent avec la couleur des robes de leur danseuses.

Et la passion est là, palpable, lorsque tangos ou boléros résonnent.

Alors tango, paso-doble, valse et java s’enchainent, les couples enlacés ne se lâchent pas, ils tournent à la fois sur eux-mêmes et sur la piste de danse pour se séduire encore…

 

Le détail en plus :

Aux beaux jours de l’été, partez plus tôt et profitez de la jolie balade à faire à pied sur les bords de Marne de Champigny à Joinville, vous y verrez de belles demeures,  des rives qui retrouvent peu à peu leur quiétude et leur propreté de naguère, vous verrez des amoureux de la rivière, pêcher, faire de l’aviron et vous verrez aussi quantité d’amoureux tout court, se promenant main dans la main avant d’aller danser.

En bref un 9/10 Pour ce dinosaure des guinguettes qui continue à nous transporter au début du siècle dernier pour y retrouver la nostalgie de nos grands parents et leur joie de vivre. 

 

La guinguette du Martinb Pêcheur

à

Champigny

Une autre de ces  dernières guinguettes encore sauvegardée par des passionnés, cet établissement qui participe chaque année au concours nationale de Miss Guinguette a été, ou plutôt ses danseurs, ont été maintes récompensés par le titre de Miss Guinguette!

 

Les bals champêtres

 

Les bals en plein air, sont assez rares pourtant si vous aimez ajouter au plaisir de la danse le bonheur de profiter des douces soirées estivales, il y a de belles propositions dans notre région.

 

Le bal de Sainte Périne dans le parc du même nom à Paris 16ème en est une.

Chaque année au tout début de l’été autour de la Saint Jean, la municipalité de Paris XVI organise ce bal familial et convivial.

Une belle piste de danse en vrai parquet, quelques tables auprès de  barnum où des associations proposent nourriture et boisson et la fête commence dès 19h.

L’ambiance est assurée par l’orchestre de l’accordéoniste de la Chance aux chansons et du regretté Pascal Sevran, oui vous y êtes, le Zinzin de la célèbre phrase « ah Zinzin, on est bien ».

Monsieur Goasguen, le Député Maire de Paris XVI,  même s’il avoue de pas savoir trop danser, honore chaque année le bal de sa présence.

 

 

Le  Pique-nique de Carrières sur Seine.

 

Chaque année, le dernier samedi de juin, le comité des Fêtes de Carrières sur Seine, organise dans le parc de la mairie, un superbe pique-nique géant qui attire chaque fois plus d’un millier de personnes.

L’endroit peint par Monet est enchanteur, la vue sur la vieille ville de Carrières sur Seine est superbe.

La soirée animée par l’orchestre de Didier Couturier est magnifiquement dansante et chacun, quelque soit son âge,  trouve danse à son pied.

Il faut notamment avoir participé au moins une fois à la grande farandole qui anime et déroule son cortège de plusieurs centaines de danseurs dans tout le parc sur la musique du « Renard et la belette » chère à tous les bretons de naissance ou de cœur.

Le détail en plus :

Si vous arrivez tôt vers 19h, le comité des fêtes de Carrières sur Seine vous offre l’apéritif et de toutes les façons, la soirée se termine par un superbe feu d’artifice tiré d’une barge sur la Seine.